• Le Mexicain

    Le dénommé mexicain habite toujours à la rue Lissignol et y coule ses vieux jours.
    Aujourd’hui il se promène l’air hagard dans la rue  et semble un peu perdu, ses rares cheveux gris hirsutes garnissent son crâne…
    Il se souvient de ses heures de gloire, au temps de son restaurant mexicain, aujourd’hui devenu « Chez ma cousine on y mange du poulet ».
    Je me souviens de son restaurant, d’opaques rideaux marrons vous empêchaient de voir se qu’il se passait à l’intérieur et pas de carte ni de menus sur la porte.
    En tant que potentiel client il fallait vraiment vouloir tenter sa  chance…
    Mais que cachait le mexicain ?

    Pour connaître la suite,

    contact : Katharina

    lissibede@yahoo.fr


    votre commentaire
  • La douche infernale


    Monsieur Gourmandin* célèbre metteur en scène parisien présente son spectacle au
    Grand Théâtre. Par un concours de circonstances, il se retrouve logé au 8 rue Lissignol
    dans un charmant appartement tout bricolé et customisé… Il y a donc certains petits trucs
    à savoir concernant le côté pratique du bon fonctionnement des choses…
    Monsieur Gourmandin est très stressé par la première et décide de prendre une douche pour
    se détendre un peu avant de se rendre à la première…

    *Nom fictif
    Pour en savoir plus :
    Contact : Delphine ou Michel

    lissibede@yahoo.fr


    votre commentaire
  • La fête des voisins

    Chaque année a lieu la fête des voisins, à cette occasion Annette et Alain installent des tables et des barbecues collectifs dans la rue et les voisins amènent leur spécialités.
    Salades en tout genre, quiches et tartes… saucisses, côtelettes et …sardines.
    Car le « vizinho portuguès » grille des sardines et adore partager la spécialité de son pays avec ses voisins.
    Francisco s’active devant les braises et boit des coups de rouge.
    Lorsque les sardines sont prêtes Francisco fait le tour des tables et distribue généreusement
    les poissons.
    A un moment donné il s’approche de moi et je sens sa main sur mon épaule.
    -Devines d’ou elles viennent mes sardines ?
    -La placette… ?
    -Non elles viennent de Peniche mon pays… c’est le plus bel endroit du monde…
    Je prends une des sardines qu’il me tend et la mange avec délectation.
    Et la soirée passe ainsi entre coups de rouge , sardines et convivialité et je finis
    par aller me coucher.
    Le lendemain lorsque je me retrouve au travail, des effluves d’odeur de poisson parviennent régulièrement à mes narines… Pouah… ! Mais d’ou vient cette puanteur ?… Après une petite inspection aux alentours , je m’aperçois que cette odeur vient de moi-même car ce matin, j’ai remis le même tee-shirt qu’hier soir et me souviens soudain de la main du voisin sur ...
    mon épaule !

    Contact : Katharina

    lissibede@yahoo.fr


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire