• Sacro-sainte tarte meringuée


    Pas toujours tranquille les rapports de voisinage avec Manor. Les habitants l’aiment pour ses bons produits de qualité et détestent ce temple de la consommation pour le trafic routier qu’il engendre surtout le samedi.

    Pour en rire, une histoire devenue un célèbre fait divers couvert par la presse locale.

    Un samedi matin, Sam sort de chez Manor avec dans les mains, un beau gâteau  meringué. Il le pose au milieu de la route. Les automobilistes n’osant pas écraser la sacro-sainte pâtisserie, bloquent instantanément la circulation près de la place Grenus.

    Dans un tohu-bohu de klaxons et d’énervements, un piéton ramasse le gâteau. Sam l’interpelle, montre son ticket et revendique son gâteau. Le piéton riposte: «  Mais Monsieur, le gâteau était posé sur la route ! » Sam récupère son gâteau et retourne chez Manor pour en acheter un second. Le pâtissier ayant suivi l’histoire depuis son poste de travail ne compte pas lui en vendre un second et appelle son chef. 

    Dialogue :

    Le chef de rayon : Que désirez-vous ?
    Sam : Je désirais un gâteau.
    Le chef : Excusez-moi Monsieur si c’est pour le mettre au milieu de la rue, non !
    Sam : Mais je suis un acheteur et vous êtes un vendeur ! Vous n’avez aucun droit de m’empêcher d’acheter un gâteau !

    C’est le mot de la fin. Le chef de rayon refuse de lui vendre un second gâteau. Sam s’en va heureux de cette bonne farce qui aura mis une ambiance tragi-comique dans la rue. Et oui, on a même plus le droit d’acheter des gâteaux pour les faire écraser par des 4x4 !


    1 commentaire
  • Suicides chroniques chez les bêtes


    Renald résidait dans l’immeuble au-dessus du bistrot de La Sarine (un des dernier lieu public populaire dans le quartier. Surnommé « le bureau » par certains habitués.)
    Ce bonhomme était aigri et avait comme principale compagnie, Pincette, un petit chien malade, moche, nerveux, au cul merdeux et quasi aveugle.
    Le vieux Renald passait ses journées au bureau pour boire des coups avec les habitués. Quant à Pincette, la bête ne faisait pas grand chose de sa vie à part pisser et, monter et descendre trois étages.

    Un jour d’été l’animal a pété un câble. Renald buvait son verre quotidien en compagnie des pochards du coin laissant son chien chez lui au 3ème étage de la même bâtisse. L’animal, on ne sait pourquoi, tout d’un coup, se défénestre et s’écrase devant lui. Paf !

    Gros rassemblement autour de Pincette ; arrivée de l’ambulance ; enterrement ; condoléances. On ne saura jamais si le chien s’est suicidé.

    Quelque temps plus tard, des habitants lui offrent un petit chat, qui aime les câlins et reste tranquille à la maison.
    Résultat : le chat fait le même exercice que le défunt chien. On en conclut que les animaux domestiques n’ont pas d’avenir heureux dans le quartier.


    votre commentaire
  • Le rat du Madone


    De 1997 à 2004, la cave du 1-3 rue Lissignol est devenue la sulfureuse salle de concert alternative : le fameux « Madone Bar » dans lequel se sont produits de prestigieux et méconnus groupes de trash-core-punk-métal-rock.
    En octobre 2004, le local est mis sous scellés par le DJPS (département de Justice et Police). L’Association Civique Intempestive (ACI) qui regroupe les habitants de l’immeuble est désignée responsable de l’occupation illicite de ce lieu alors que, dans les faits, elle n’en avait plus le contrôle depuis quelques temps et tentait difficilement de reprendre la gestion de l’espace suite à différents incidents survenus (nuisances sonores principalement.)

    Les habitants peu résignés à abandonner ce lieu mythique aux mains de la justice, n’avaient guère le choix dans les faits,  mais l’intervention du rat du Madone allait raviver la flamme du désir de conquête!

    Un soir, lors d’une petite fête à l’Imprimerie, salle commune en dessus de l’ex-Madone Bar, quelques noceurs décident de dégonder la porte qui mène à la cave pour entreprendre une petite excursion et récupérer certains de leurs biens : amplis, piano, outillage. Parmi la bande, Fabien explore les lieux avec nostalgie et s’enfonce dans les couloirs aux murs imbibés d’alcool et de goudron. Tant de souvenirs réapparaissent de sa mémoire. En se faufilant dans un goulet, il voit un soupirail qui donne sur la cour intérieure.
    Une envie d’air frais le prend, et hop! il se glisse dans l’étroite ouverture pour accéder à l’extérieur. Le pauvre Fabien reste coincé et malgré ses cris, personne ne l’entend. A force de se débattre dans ce minuscule orifice,  grâce à sa taille fine et sa résolution à ne pas finir la soirée dans un trou, il réussit à s’en sortir. Il réapparaît au milieu de ses acolytes tel un rat des villes noir et gris, desséché, en sang, entre la vie et la mort. Depuis, on le surnomme le rat du Madone.

    NB : Les habitants sont toujours très énervés au sujet du Madone Bar. Malgré diverses tentatives de discussions avec le propriétaire (La Ville de Genève) pou récupérer en toute légalité la gestion de la cave, les habitants ont perdu gain de cause en faveur d’un jeune pseudo-photographe qui organise des soirées R&B et s’amusent bien avec ses copines en les maltraitant le reste du temps. En plus, c’est le seul usager qui a un bail. Il n’y a plus qu’à s’marrer des paradoxes de la justice!


    votre commentaire
  • Histoire du Bol de St Gervais.

    La jupe en mouvement.

    Un jour une dame arrive avec des sacs Migros remplis d'habits à donner.
    Madame Rossi saisit une jupe qui dépasse d'un des sacs et son oeil aiguisé scrute le tissus imprimé à l'affût de la moindre tâche où bouton manquant.
    Elle s'exclame soudain :
    - Mais cette jupe a un trou !
    et la dame répond tout simplement :
    - Oh mais ce n'est pas grave, si on marche vite ça ne se vit pas !
    Question de bon sens pardi !

    Contact : Naima.
    lissibede@yahoo.fr


    votre commentaire
  • T'as pas vu Mirko?


     Dans l'immeuble du 8 rue Lissignol, tout le monde se connaît, les enfants jouent chez les uns chez les autres, improvisent des parties de cache-cache dans le couloir, etc.
    Et très souvent, Mirko va chez Ella pour jouer avec elle ; et, comme très souvent, Lara sa maman va le chercher chez la petite.
    Mais aujourd'hui il n'y est pas.
    Mais zut, il est passé où ?? Lara fait le tour des appartements, mais, gloups, l'angoisse monte, il n'est nulle part... Reste à voir la buanderie, mais... il peut pas être là quand même !
    Bon, faut aller voir, sinon, j'appelle les flics... Merde, quelle angoisse !
    Sur ce, Lara ouvre la porte de la buanderie et voit ... Mirko en train d'étendre un slip à Roberto !! ça faisait dix bonnes minutes qu'il aidait Roberto à étendre son linge.
    Quel tableau ! et quel garçon en or ce Mirko !

    contact : Lara.

    lissibede@yahoo.fr


    votre commentaire